Étiquette : sol

Jardinage le 10/11/18 au GardenLab de Gignac

No Comments

Thème prévu initialement au cours de jardinage:

Le potager d’hiver et la multiplication des végétaux

Profitant de l’interruption de la pluie, il est proposé de changer le programme du cours de jardinage de la matinée, pour faire de la pratique. La séquence multiplication des végétaux est reportée au 1er semestre 2019.

Nous avons accueilli 2 nouvelles adhérentes et apprenties jardinières : Josette et Laetitia.

Des tests devaient être réalisés à la maison pour diagnostiquer le sol. Monique et Blanche ont apporté leurs échantillons mais nous n’avons pas pu en tirer des conclusions car ceux-ci n’ont pas été prélevés suffisamment en profondeur. En effet, il faut recueillir la terre à, au moins, 15 cm de la surface.

1- Quelques apports théoriques au sujet de la vie et de la santé du sol :

la fertilité des sols

La fertilité des sols

a – la fertilité des sols

Il faut distinguer 3 types de fertilité :

  • chimique : c’est la présence d’éléments minéraux du sol et leur disponibilité en quantité
  • physique : c’est l’amélioration de la résistance du sol à la désagrégation par l’eau, à la compaction et l’amélioration de la circulation et de la rétention en eau
  • biologique : c’est la stimulation de la quantité et de l’activité des micro-organismes du sol

L’azote a un rôle prépondérant dans la croissance des végétaux. Cependant, il n’est pas assimilable par les plantes à l’état gazeux mais, seulement, une fois qu’il est minéralisé, sous la forme de nitrates. Cette minéralisation est effectuée par les bactéries présentes, dans le sol. Attention, ces bactéries ont besoin d’air pour vivre ; c’est la raison pour laquelle le jardinier doit veiller à aérer le sol.

b – les amendements organiques 
Les engrais verts :

ils vont favoriser l’activité microbienne et contiennent du sucre donc de l’énergie nécessaire aux microbes et de l’azote.

Ils prélèvent les éléments dont ils ont besoin, dans le sol, et en se décomposant ensuite ils vont les libérer. Il faut les enfouir au début du printemps lorsque les micro-organismes reprennent leur activité. Ils doivent être détruits avant la floraison car c’est, à ce moment, qu’ils contiennent le plus de sucre. Si on attend trop, ils se lignifient.

Les engrais verts vont également assurer la stabilité de la structure du sol.

Quand ils sont enfouis, ils sont rapidement colonisés par des bactéries et des champignons.

Les bactéries sécrètent un exsudat qui va servir de colle entre les particules du sol, ce qui va former des micro-agrégats et donner une structure grumeleuse à la terre. Cependant, cette action est de courte durée si on apporte pas régulièrement des matières organiques.

Les fumiers :

ils vont stimuler l’activité de la biomasse du sol. Ils vont également augmenter le niveau de minéralisation de l’azote.

Le fumier ne doit pas être enfoui à plus de 10 cm et ne doit pas être déposé sur sol nu, à l’automne, car risque de faim d’azote.

Les composts :

Ils vont fournir un stock de carbone organique. Leur action est lente. Attention, le compost vert ne doit pas être enfoui car il dégage ensuite des températures importantes. Seul le compost mûr peut être enfoui. Pas trop profondément ( maxi 10 cm)

Pour les cultures maraîchères : on va utiliser un compost jeune pour les légumes exigeants en azote ( poireaux, choux), un compost mûr pour les légumes racines et un compost très mûr pour les terres de semis, les terres à rempoter.

Les différents amendements organiques n’ont pas tous la même action sur les fertilités. Il est parfois utile d’alterner leur usage. On peut apporter un amendement rapidement dégradable chaque année. Ensuite, tous les 2 ou 4 ans , on apportera un amendement plus stable comme un compost.

Suivant le problème rencontré , on utilisera tel ou tel amendement. Par exemple, pour améliorer rapidement la stabilité d’un sol, on emploiera du fumier (fermentescible).

Idéalement, la dose utilisée sera calculée en fonction du type de sol, de sa granulométrie, de sa teneur en MO.

2- Les acteurs de la vie du sol :

– les vers de terre : actuellement il y en a 100 kg par hectare alors qu’il en faudrait plus de 2 tonnes.

Il y a les vers épigés : vivent à la surface du sol, au niveau de la litière et dans les matières organiques en décomposition. Ils jouent un rôle important dans le recyclage de la matière organique.

Les vers endogés : vivent dans le sol et creusent des galeries horizontales, se nourrissent de terre.

Les vers de terre anéciques : vivent dans des galeries verticales et viennent de nourrir à la surface du sol. On peut voir leurs excréments à la surface de la terre (tortillons).

Ces vers modifient la structure du sol et participent à la transformation chimique et physique des végétaux. Ils incorporent dans le sol de la matière organique présente en surface. On les appelle les ingénieurs de l ‘écosystème. Ils sont aussi une source de nourriture pour d’autres animaux.

Les champignons : action sur la structure du sol car ils produisent le mycélium qui le stabilise (comme les mailles d’un filet). Ils décomposent la lignine des plantes qui est la principales source d’humus dans le sol.

Les mycorhizes : 95 % des plantes bénéficient d’une association avec des champignons du sol en formant des mycorhizes. Cela permet aux plantes d’explorer davantage le sol et d’optimiser l’absorption d’éléments nutritifs. Cela permet également de retenir l’eau et d’en restituer aux plantes.

3- Exercices pratiques :

Le groupe a procédé à l’arrachage des plantes du carré dévolu aux semences paysannes : tomates, courgettes, etc.

Les inflorescences de l’amarante ont été coupées afin de les faire sécher et de récolter les graines.

Les haricots ont été coupés mais les racines sont restées en place. En effet, ils appartiennent à la famille des fabacées qui sont les seuls végétaux qui ont la capacité de capter directement l’azote atmosphérique. Les racines vont poursuivre cette action.

La partie aérienne des haricots ainsi que tous les autres déchets verts sont déposés en butte. Celle-ci est ensuite couverte de paille. Lors du prochain cours, nous apporterons une couche de déchets bruns qui constitue un apport de matières carbonée.

Cette butte est un test qui nous permettra de vérifier, au printemps, ce qu’il s’ y est passé.

La paille a été retirée et le terrain a été travaillé, à la grelinette. Cet outil permet une aération du sol sans retournement, ce qui garantit la préservation de la micro-faune et favorise la vie des bactéries.

Ensuite, la carré a été découpé en 4 espaces tests :

  • planter un mélange d’engrais vert composé de vesce, de pois fourrager et de seigle

  • un pour plantation de fève d’Aquadulce

  • des pois variété « Douce Provence »

  • du maceron

Les différents espaces ont ensuite été paillés. Rappel : le sol ne doit jamais rester sans couverture.

Cette action va limiter la pousse des adventices, protéger le sol de l’érosion, du soleil et limiter le lessivage des nitrates, lors des pluies.

Bibliographie :

  • La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben – 2017 – Editions les arènes
La vie secrète des arbres

La vie secrète des arbres

Le sol, la terre et les champs de C et L Bourguignon

Le sol, la terre et les champs de C et L Bourguignon

A ne pas manquer :

le 8 décembre à Velaux : conférence de Lydia et Claude Bourguignon

Categories: Actualités, Evènements Tags: Étiquettes : , ,

Cours de jardinage du 20/10/2018 au GardenLab

No Comments

Graines de Oaï organise , une fois par mois un cours de jardinage, sur le Garden Lab, à la Pousaraque, jusqu’à la fin du mois de février 2019.

Ensuite, les séances se poursuivront sur une parcelle de 2000 m² aménagée, par la commune de Gignac-la-Nerthe, pour servir d’écrin au jardin de semences de GDO et aux futurs jardins partagés.

jardiniers en herbe en mode présentation cool

jardiniers en herbe en mode présentation cool

1ère séance

C’est le samedi 20 octobre dernier, à 10 heures que le groupe des jardiniers et jardinières s’est formé pour la 1ère séance de 2 heures.

Les participant.e.s ont exposé leurs attentes et leurs objectifs, autour d’un café et de quelques gâteaux faits maison, par Monique.

De l’envie de retrouver le potager de son enfance aux senteurs de tomates fraîchement cueillies, à la préoccupation de manger sainement, en passant par la perspective d’autonomie alimentaire grâce à la permaculture, les attentes sont variées. Nous veillerons à ce que chacun .e puisse avancer sereinement et sûrement dans son cheminement personnel.

Une graine de Oai pliant un sachet

Une graine de Oai en plein pliage de sachets

Biodiversité

Pour ce 1er cours, le thème était la biodiversité au jardin et les bénéfices que le jardinier peut en retirer. Il a aussi été question de la connaissance du sol. Une visite à chaque carré pour identifier les plantations, un focus particulier sur celui dédié aux semences paysannes et un petit tour pour admirer les planches de culture de Julie, maraîchère en devenir, et le cours peut débuter.

Observation et diagnoctic

Tout commence par l’observation car le jardinier ne doit pas imposer sa volonté au jardin mais plutôt travailler avec elle. Ce matin là, la découverte portait sur les plantes dont la présence est dominante sur le terrain. Les plantes bio-indicatrices donc, qui donne des informations sur la structure et la nature du sol.

plantes bio indicatrices

Arctium lappa

Les échantillons récoltés, et identifiés grâce à Barbara et Carole, ont ensuite été croisés avec les informations recueillies dans l’ouvrage de référence en la matière, de Thiry et Ducerf « Les plantes bio-indicatrices ».

Pour compléter ce début de diagnostic, quelques tests ont été abordés comme celui du bocal.

Préparation du potager d’hiver

A la fin de la matinée, tous sont repartis avec la consigne de poursuivre les tests sur la terre de leur jardin. Cela, afin d’en tirer les enseignements pour la préparation du potager d’hiver, thème du prochain cours qui aura lieu le 10 Novembre.

Categories: Actualités, Evènements Tags: Étiquettes : , , ,