Auteur : Barbara Laffon

Retour sur le Festival « De la terre sur les mains »

No Comments

Le Festival Graines de Oaï « De la terre sur les mains » vient de fermer ses portes. C’est l’occasion de faire le bilan.

Le point d’orgue d’une série commencée en septembre

Les 1er, 2 et 3 février ont fait suite à deux autres dates. Le cycle du Festival a en effet débuté en septembre 2018 avec la projection du film « Sacré Village » en partenariat avec Images de Ville. C’était une première pour Graines de Oaï et déjà une « sacrée » expérience. Le film de Marie-Monique Robin montre la démarche que le maire d’Ungersheim a faite pour rendre son village autonome au niveau alimentaire et énergétique.

Le 27 octobre a été l’occasion de diffuser « La semence dans tous ses états » de Christophe Guyon qui insiste sur les dérives actuelles concernant les semences. A cette occasion, Carole a pu rappeler les points fondamentaux qui distinguent les semences paysannes des semences hybrides F1 et Thierry Seren, paysan-boulanger a pu nous faire partager son témoignage.

Gérard Boinon la pièce maîtresse de ce Festival

L’objet de notre association est de promouvoir les semences paysannes. Mais des actes valent mieux que de grands discours. Aussi, faire venir témoigner des personnes qui se battent au quotidien dans les champs et les institutions pour leur défense est une priorité.

Carole et Gérard
la présidente et Gérard

Nous avons donc contacté Gérard Boinon et il a accepté d’intervenir bénévolement lors de ce festival pour apporter son témoignage et élargir un peu plus la portée de chaque film diffusé.

Paysan à la retraite, il a été à ses débuts un fervent défenseur du modèle de l’agriculture industrielle. Il est tombé malade suite à une manipulation d’herbicide. Et c’est ce qui l’a amené à se questionner sur l’utilisation de ces produits, sur les pratiques des grands semenciers, sur le modèle agricole dans sa globalité.

salle attentive aux explications de Gérard
Tous attentifs

Il porte encore aujourd’hui les séquelles de cette malencontreuse exposition à un pesticide.

3 jours, 3 films

En plus de ce témoignage plein de vie, de conviction et de sourires, les films diffusés ont également apporté de nouvelles perspectives à notre combat. Ils abordent des thèmes différents mais se complètent bien.

Ainsi, le film « Secrets des champs » nous a emporté au cœur des plantes pour nous expliquer la magie des interactions entre les plantes et les insectes, entre les plantes et la vie du sol et enfin entre les plantes entre elles.

Le second film, « Les Argonautes » a traité des problèmes liés à l’installation de nouveaux agriculteurs, non issus de ce milieu là, les NIMA, comme on dit. On voit le combat et la détermination de la réalisatrice et de son mari pour parvenir à vivre de leur métier, paysans boulangers.

les semences du futur
Cinéma St Exupery- les semences du futur

Pour finir, « Les semences du futur » est sans doute le plus technique des films diffusés. Il aborde les nouvelles méthodes de production de semences en présentant d’un côté le parcours de partisans des semences paysannes et de l’autre les méthodes industrielles à base de manipulations génétiques notamment.

Ces trois films se complètent pour amener les éléments de réflexion sur les changements à soutenir dans l’agriculture.

Des associations et des petits producteurs pour montrer que le changement est en marche

En plus de ces films et du témoignage de Gérard Boinon, le public a pu rencontrer des producteurs locaux qui sont l’incarnation de la possibilité du changement et d’autres associations dont les combats sont proches du notre.

Nous avions ainsi présents avec nous pour cette première édition :

Alain et sa bonne humeur
Alain et sa bonne humeur
  • Alain Chabrand, des ruchers de la Nerthe avec son miel on ne peut plus local
  • Alternatiba Martigues qui milite pour trouver des solutions pour face au changement climatique
  • Christel Sicardi, Le Safran de l’Escalette
  • Danièle, coiffeuse au salon Danièle C qui a remplacé ses teintures à base de produits chimiques par des soin aux plantes
  • Eva Straboni de l’Atelier de la Lanterne avec ses huiles de massages et son approche énergétique du bien-être
  • Martin Petitjean de La spiruline de la côte bleue qui présentait les bienfaits de cette algue magique
  • Nous voulons des Coquelicots qui présentait sa pétition pour interdire les pesticides
  • Olivier Mazet d’Epices Village et ses produits plein de saveurs estampillés Nature et Progrès

L’accueil de tous ces stands a été possible grâce au prêt de la salle par la mairie de Gignac-la-Nerthe. A l’occasion de ce Festival, M. Amiraty, le maire, nous a renouvelé son soutien, et nous l’en remercions chaleureusement !

Et les bénévoles de Graines de Oaï

A ces stands de producteurs, s’ajoutaient nos stands de sensibilisation à la biodiversité, de présentation de produits naturels pour la maison, de jardinage… Sans oublier la buvette !

Barbara et nouvel adhérent
Barbara et un nouvel adhérent
marie et la maison au naturel
Marie et la maison au naturel

Ils étaient tenus joyeusement par les adhérents de Graines de Oaï. Une belle énergie a été mise pour assurer l’installation de la salle, sa décoration, sa sécurité… Et tout le monde s’est investi pour faire de bons petits plats pour régaler le public. Une mention spéciale pour la soupe qui a permis de réchauffer les courageux qui ont bravé la pluie battante et le froid pour venir.

Un beau travail des bénévoles, le tout dans une bonne ambiance

Et la suite ?

Devant les bons retours du public, des exposants, et des bénévoles, il a déjà été décidé que reconduire ce festival l’année prochaine.

Gérard Boinon nous fait également l’honneur de devenir le parrain de Graines de Oaï. Un geste qui nous touche beaucoup et nous regonfle d’énergie pour continuer le combat !

Nous espérons vous voir nombreux à continuer à nous soutenir.

Categories: Actualités, Evènements, semences Tags: Étiquettes : ,

Joyeux anniversaire Graines de Oaï!

No Comments
  • fatigue
    fatigue

Ça y est ! La première bougie de Graines de Oaï vient d’être soufflée. Les adhérent.e.s sont venus nombreux avec leur famille pour célébrer cet anniversaire. Ce 1er décembre, nous étions réunis au siège de l’association. Comme lors de sa création il y a un an jour pour jour. Mais cette fois les meubles ont dû être poussés. En effet, les graines semées en 2017 se sont resemées et de nouveaux adhérents sont venus renforcer les rangs de Graines de Oaï.

Retour sur les activités de 2018

 
Après des retrouvailles autour d’un bon feu et d’un verre de bienvenue, Carole, la Présidente, est revenue sur les événements marquants de l’année et sur le chemin parcouru. Partie de 7 adhérents, l’association en compte aujourd’hui plus de 35. Les activités n’ont pas manqué pour occuper ces nouvelles recrues:
– La grainothèque a dû être créée de zéro. Elle a depuis voyagé dans plusieurs communes alentours et a permis de distribuer de nombreux sachets de graines.
– Les conférences et projections de films comme celle du 27 octobre à Gignac-la-nerthe ont permis de sensibiliser le public à la problématique des semences
– L’association a également participé à des événements comme la journée du GardenLab à Gignac, Alternatiba à Martigues ou « un air d’automne » à Marignane. Graines de Oaï a même été réclamée jusqu’à Port de Bouc lors du Festival de Camargue!
– Les cours de jardinage ont trouvé leur public et tous manient la « Gre(lo)linette » avec le sourire ;-).

Et pour 2019?

 
Mais ce n’est qu’un début. En effet, 2019 s’annonce chargé de projets et de nouvelles aventures.
 
La grainothèque, en plus de ses déplacements lors d’événements, sera sédentarisée à la bibliothèque de Gignac-la-nerthe.
 
Un appel aux bonnes volontés pour aider à l’organisation du Festival « De la terre sur les mains » qui aura lieu les 1er, 2 et 3 Février prochain est d’ores et déjà passé. Il reste beaucoup de travail car l’objectif est ambitieux: en faire le temps fort du début d’année et le pérenniser pour qu’il devienne un rendez-vous annuel important de l’association.
 
L’autre gros projet est bien sûr le jardin de semences qui devrait être disponible à partir du mois de Mars 2019. Ce lieu sera la vitrine de l’association et lui permettra de:
– Cultiver de la graine à la graine pour alimenter le stock de la grainothèque.
– Recevoir du public lors d’événements et d’animations, notamment à destination des enfants.
– Assurer les cours de jardinage.
– …
 
Mais ce sera également le lieu de vie de l’association, l’écrin de ses moments de convivialité. Après une présentation du plan du futur jardin, les adhérents ont été invités à écrire leurs idées d’aménagement ou d’activités sur des post-it. Une synthèse sera présentée lors de l’AG du 12 janvier prochain.
 
Cette AG sera également l’occasion de changements administratifs. Pour mener à bien tous ces projets, le bureau va être agrandi et un Conseil d’administration va être créé. Avis aux volontaires!
 
Tout cela montre que l’association grandit et qu’elle sème chaque jour un peu plus les graines du changement.
 
Une chose n’a cependant pas changé en un an, c’est le plaisir que chacun prend à se retrouver et à partager autour d’un verre et d’un buffet bien garni!
 
Barbara
Categories: Actualités, Evènements Tags: Étiquettes : ,

Visite le 22 Octobre au CBNMed de Porquerolles

No Comments

CBN

CBNMed

Le lundi 22 octobre, les membres du bureau de l’association Graines de Oaï ont été accueillis à l’embarcadère de la Tour fondue,  par Lara du CBNMed de Hyères  (Var), pour une traversée à destination de l’île de Porquerolles où sont situés les locaux opérationnels de cet organisme public, défenseur de la biodiversité méditerranéenne.

Objectif de cette rencontre et de la visite : en apprendre davantage sur les missions du CBNMed et découvrir sa banque de graines ainsi que ses méthodes de travail.

Nous remercions chaleureusement Lara pour son accueil et pour sa disponibilité.

 

Qu’est-ce que le CBNMed ?

Pourquoi faire?

Pourquoi faire?

Le CBN est un centre public qui a plusieurs missions:

  • un rôle de suivi des plantes locales sur sites naturels en procédant à des inventaires et des relevés réguliers pour constater les évolutions (progression ou régression du territoire occupé, nombre d’individus…)
  • un rôle de lutte contre les plantes envahissantes qui deviennent de plus en plus problématiques. Le cas de l’ailante est un exemple caractéristique. Ce végétal a été introduit comme plante ornementale et pour sa capacité à pousser rapidement. Progressivement sa capacité à drageonner et à produire beaucoup de graines lui permettent d’envahir le territoire. De plus l’ailante sécrète une substance allopathique qui empêche les autres de plantes de pousser. Il est très dur de s’en débarrasser et il prend progressivement la place d’autres variétés locales qui à terme pourraient disparaître.
  • un rôle de conservation à travers une banque de graines (dont les plus vieilles datent de 1976!!) et le suivi des espèces menacées in-situ. C’est cet aspect qui nous intéresse ici.

La zone d’action du Conservatoire Botanique National de Méditerranée est assez étendue. En effet, la flore caractéristique de la Méditerranée se retrouve tout le long de ses côtes, et même jusqu’en Lozère !

 

 

 

 

Le processus pour arriver à conserver des graines pendant des dizaines d’années

Lara nous a expliqué le processus de récolte et tri des graines avec le remplissage d’une fiche de récolte qui indique :

  • L’espèce
  • Le lieu de récolte
  • Le nombre d’individus sur lesquels ont été ramassées les graines
  • Le nombre d’individus total du secteur…
Autant de données qui permettent de mieux appréhender la richesse génétique de l’échantillon et de sa représentativité.

 

Un dessicateur

Un dessiccateur

Les choses sérieuses commencent ensuite avec le dessiccateur. Non ce n’est pas un super héros ou un outil de jardinage intensif. C’est une enceinte dont l’hygrométrie est contrôlée et stabilisée autour des 30%. Les petites bêtes et les champignons ne résistent pas à une valeur si basse. Les graines, elles, ont été prévu pour. En effet, dans la zone méditerranéenne, les graines sont souvent exposées à de longues périodes de sécheresse. Le passage en dessiccateur ne diminue donc en rien leur taux de germination!

 

 

Une fois desséchées une première fois, les graines sont triées à la main et conditionnées dans des flacons avec un fond de silica gel et une couche de coton.

Flacons de graines conservés en chambre froide

Flacons de graines conservés en chambre froide

 

Les graines sont ensuite au choix:

  • envoyées en chambre froide à 5°C
  • lyophilisées grâce à un matériel très sophistiqué qui permet de baisser le taux d’humidité à environ 5%, limite de viabilité des graines.

Régulièrement des tests de germination sont effectués dans des étuves dont la température et la lumière sont contrôlées. Suivant les graines testées des cycles différents sont mis en place (alternance jour/nuit, alternance température haute et basse…).

 

Porquerolles et sa végétation

Porquerolles et sa végétation

Après cette présentation technique et la visite des locaux nous avons fait le tour des extérieurs. Ainsi, des centaines de variétés d’arbres, notamment d’olivier et de figuier, et de plantes sont conservées sous ombrières. En plus du CBNMed, c’est l’association Copains qui s’occupe de préserver cette belle collection. Cette association aide à la réinsertion de demandeur d’emplois en les formant à la culture biologique.

Ombrière

Ombrière

 

La marque végétal local

Dans le cadre du jardin de semences de GdO (ouverture Mars 2019), des haies vont être mises en place pour attirer les pollinisateurs et offrir des abris à la faune locale. Nous avons profité de notre rencontre avec Lara pour lui demander quelles espèces seraient les plus à même de s’adapter au jardin et quelles espèces éviter.

 

Elle nous a alors présenté la marque « Végétal Local » qui aide à choisir des variétés adaptées à sa région et qui ne risquent pas de devenir envahissantes.

 

Un petit film de présentation et d’explication permet de mieux comprendre les enjeux et la nécessité de bien choisir ses végétaux : ici

 

Et pour Graines de Oaï alors ?

En plus d’avoir fait le plein de vitamine D, cette journée a été très enrichissante pour Graines de Oaï. Elle nous a permis de voir l’ampleur du travail qui nous reste à faire au jardin de semences :

  • Semer suffisamment d’individus pour conserver la variété génétique de l’espèce
  • Récolter des graines à différentes périodes et à différents états de fructification
  • Assurer un bon séchage pour limiter les problèmes de parasites et de développement de champignons
  • Réguler les conditions de conservation pour préserver les qualités germinatives des semences

La découverte de la marque « Végétal Local » est également à noter car elle nous permettra de faire les bons choix pour nos futures plantations. Nous pourrons donc mettre en cohérence notre travail sur les graines et l’environnement dans lequel nous les sèmerons !

 

Site du CBN MED : ici

Site de l’association « Copains » : ici

Plaquette de présentation de la marque « Végétal Local » : ici

 

  • un autre dessiccateur
    un autre dessiccateur

 

Categories: Actualités, Evènements, semences Tags: Étiquettes :