Auteur : admin7284

Quoi de neuf à GDO ?

No Comments

Après plusieurs mois, la tête dans le sillon, nous abordons l’hiver avec encore beaucoup d’énergie pour des projets que nous espérons concrétiser bientôt. Nous sommes aujourd’hui environ une vingtaine à participer régulièrement à l’entretien du jardin dont plusieurs nouveaux adhérents qui nous apportent des idées et des expériences très riches.

Dessines moi un jardin

En cette fin d’année, l’aménagement du jardin doit se poursuivre par l’occupation de la moitié nord de la parcelle, jusqu’ici laissée en friche.

Notre démarche permaculturelle timide l’année dernière prend de l’assurance avec une réflexion globale et collective sur l’aménagement du jardin et la définition des zones.

plan discuté
Un plan, ça fait débat

Des sous-groupes de remue-méninges créatifs se sont formés pour penser des ilôts de biodiversité à cultiver. Des haies vont être ajoutées à celles qui existent, afin d’abriter des auxiliaires, de produire des fruits, de protéger les cultures du vent et du soleil notamment.

Dans un 1er temps, nous allons aussi planter 2 zones boisées avec 2 ou 3 strates de végétaux près du cabanon dans les mêmes objectifs que les haies mais surtout dans la perspective de nous préserver des grosses chaleurs estivales des prochaines années.

Plusieurs membres de l’association ont mis en commun leurs idées afin de mettre en place des cultures capables de limiter la propagation de la prêle qui a colonisé la partie nord-est de la parcelle.

Nous avons tiré le meilleur parti de cette manne végétale qui allie des propriétés médicinales et des facultés à nourrir les cultures. Nous avons récolté durant l’été puis fauché, en prévision du printemps. En effet, la décoction de prêle ou purin de prêle est largement utilisée en biodynamie, autre source d’inspiration pour nous.

Enfin, nous avons pu nous dégager du temps pour faire une esquisse du futur mandala qui va prendre une place importante dans le jardin et faire le lien entre la partie sud et la partie nord.

La projection sur tableau du futur mandala
bty

Un mandala est une forme circulaire abritant des cultures qui a une forte symbolique et une capacité à capter les énergies positives. Inspiré du boudhisme mais intégré à la démarche permaculturelle, le mandala est un lieu apaisant, ressourçant et esthétique où sont cultivés des légumes, des fruits, des fleurs et des aromatiques. Un article complet sera prochainement consacré à sa conception et à sa réalisation qui va mobiliser de nombreux adhérents.

GDO, la transmission avant tout

Un nouveau cycle de cours de jardinage a débuté le 21 septembre pour plus d’une vingtaine de participants, nouveaux adhérents ou « redoublants ». C’est une grande fierté pour nous d’avoir été retenu, pour cette proposition de cours, dans le cadre d’un appel à projet départemental « jardins collectifs ». Nous avons vocation à transmettre nos savoirs à des porteurs de projets ou à des jardiniers en herbe, membres de jardins collectifs.

L’originalité de ce programme qui aura 10 séquences est de créer des passerelles avec les agriculteurs et des partenaires associatifs afin de partager nos expériences et savoirs. Nous avons également inclus encore plus de moments d’interactivité et les cours sont conduits de façon collective avec des sous-groupes animés par des adhérents avertis voire experts.

Le jardin des petits

Depuis l’année passée, les enfants ont une place importante au jardin. Des bouts de choux comme Paulin ou un peu plus grand comme Léandre nous ont sérieusement aidés du semis aux récoltes.

Choux Romanesco
Choux Romanesco

Cette année, nous avons voulu accueillir davantage d’enfants en mettant en place des ateliers de jardinage. Un 1er atelier co-animé par Anna-Reine et Brigitte s’est déroulé le 5 octobre sur le thème des racines et des plantes. Les enfants ont réalisé des plantations issus de nos semis préparés au mois d’août dans 2 petits potagers en carré.

L’équipe de GDO a également participé à un air d’automne à Marignane le 19 octobre et a animé à cette occasion un atelier semis et des jeux sur le thème des cucurbitacées. Pour cette manifestation, Laetitia avait créé un jeu des 7 familles de légumes, un jeu des familles de fruits et une animation cherchez l’intrus dans la famille des cucurbitacées qui a été apprécié des enfants et des parents qui avaient besoin d’une piqûre de rappel. Les plus petits ont adoré les coloriages de citrouilles et potirons.

Très jeunes et .... toujours jeune
Très jeunes et toujours jeunes

De la graine à l’assiette

Des ateliers cuisine auront lieu plusieurs fois dans l’année afin de sensibiliser les adhérents à la consommation de produits bio et locaux. Ainsi le 11 Janvier prochain, nous aurons le plaisir de cuisiner et déguster un repas sans protéines animales dans une ambiance conviviale et dans les espaces très joliment rénovés et équipés de la Grange, bâtisse située sur la place de la Mairie de Gignac-La-Nerthe. Au menu : légumes crus ( de chez Thibault, maraîcher à Gignac-la-Nerthe) au pesto de fausse roquette ( du jardin de semences), soupe de patate douce au lait de coco, crumble de légumes racines rôtis et salade de pois chiches de St Julien suivis d’une compotée de pommes à la confiture de pastèque.

La confiture sera préparée sur place à partir du fruit cultivé au Potager de Maria à Vitrolles.

Et pour finir

Vous pouvez rencontrer les adhérents en pleine action et visiter le jardin, le mercredi après-midi. Une permanence est organisée si les conditions météo le permettent.

Surveillez bien la page FB de Graines de Oaï !

A bientôt, au jardin de semences

Categories: Actualités, Evènements

Au jardin, les récoltes

1 Comment

Le temps des récoltes

Après bien des péripéties qui nous ont quelquefois fait craindre pour nos récoltes de semences, la nature aidée de la persévérance et du travail des graines de Oaï mobilisées depuis 2 mois au jardin de semences nous a offert de belles surprises.

Nous avons débuté les récoltes des tomates, dès la fin du mois de juillet, grâce aux bien nommées Hâtives naines de St Victor. Cette variété généreuse et un peu fantasque s’étalant sur les planches de cultures ne nous aura pas déçue. Depuis plusieurs semaines, elle nous donne des kilos de jolies tomates rondes et fermes particulièrement goûteuses. Elles sont très résistantes à la sécheresse et aux maladies. Pour nous, c’est une valeur sûre que l’INRA nous a confié et que nous sommes fiers d’avoir su cultiver et reproduire.

Des variétés de Oaï

Les Marmandes anciennes et Coeurs de boeuf ont rapidement pris leur essor et, chaque jour, nous ramassons quelques kilos de ces variétés qui ne nous a pas donné de gros sujets mais qui sont, elles aussi, très résistantes et goûteuses.

Nos variétés favorites ont bientôt été rejointes par les tomates cerises Miel du Mexique qui ne cessent de donner des petites grappes de fruits acidulés et juteux qui nous désaltèrent et nous fournissent en vitamines, lors de nos travaux sous le soleil brûlant ou en fin de journée.

Les autres variétés ont été moins prolifiques. Je pense notamment aux Green zebra, aux Banana legs dont nous avons obtenu peu de pieds vigoureux. Ce sont les variétés que nous avons planté, au début du mois de mai sur le carré du Garden Lab, et qui ont subi les intempéries de ce mois un peu exceptionnel. Même si les porte-graines sont peu nombreux, nous avons suffisamment de graines issues de nos récoltes pour l’année prochaine.

Des tomates qui ne comptent pas pour des prunes

Pour citer toutes nos belles solanacées, je rajouterai que les ananas, les potiron écarlates, les PLM, les kakis nous donnent, depuis quelques jours, de magnifiques fruits dont certains ont un poids conséquent. Sans vouloir les mettre en compétition, nous sommes ravis de pouvoir vous présenter les photos de nos 2 tomates arrivées en tête, à ce jour, avec 455 grammes et 520 grammes !

tomate ananas
Tomate Ananas – perle du jardin

A la mi-août, nous avons ramassé plus de 50 kg de tomates issues de ces récoltes et le jardin est encore plein de belles promesses. C’est une immense satisfaction pour nous car c’était un véritable défi de faire nos semis et de les accompagner dans leur croissance puis de les planter dans des conditions un peu tendues. D’autant plus compliqué que nos plants, certes en très bonne santé, ont eu, dès leur mise en terre, à supporter la canicule du mois de juin. Le paillage épais que nous avons posé nous a épargné des déconvenues.

De l’usage modéré de l’eau :

Nous avons également fait le choix de peu arroser. Pour notre installation au jardin de semences le 30 mai, nous n’avions pas le temps ni les moyens financiers de nous équiper d’un système d’arrosage automatique. Ce sont les bénévoles qui ont assuré un tour de rôle pour abreuver nos plants 2 fois par semaine, au tuyau. Sur les 400 m² occupés pour cette 1ère saison, cela représente 2 heures d’arrosage pour 2 personnes, par jour.

Des arroseurs dévoués :

Nous avons toujours été plus nombreux au moment de l’arrosage qui est un temps de convivialité apprécié de tous. Tout le monde a fait sa part pour que le jardin soit beau et nourricier. C’est un peu long mais je me dois de les nommer tous : Anna-Reine, Alain, Brigitte, Jean-Pierre, Lionel, Marie-Claire, Nathalie, Sabine, Sébastien, Stéphane. Je vais saluer également ceux qui se sont joins à nous : Lutz, Clara, Hugo, Eliana.

Pour leur soutien indéfectible et leur positivité ainsi que leur attachement au jardin de semences et à Graines de Oaï, je salue Laétitia, Léopold, Jeanne et Henri.

Parmi toutes les chevilles ouvrières qui s’activent au jardin de semences, vous comprendrez qu’il y a quelqu’un que je voudrais remercier  : Jean-François, mon compagnon, qui m’a soutenu depuis le 1er jour dans le projet Graines de Oaï et qui met toute son énergie dans sa réalisation.

Des rêves plein la tête :

A la tombée du jour, une légère humidité se dégage et exalte le parfum d’agrume des tagètes. Nous cueillons nos 1ers piments et poivrons mûrs avec gratitude pour la nature et tous ceux qui se sont patiemment agenouillés sur les planches de cultures pour dégager les adventices un peu trop envahissantes ou pour attacher les plants à la croissance fantaisiste.

Les rayons du soleil sont moins ardents depuis quelques jours, ce qui rend les moments au jardin encore plus agréables. Cela nous donne un regain d’énergie et chacun fait part de ses idées, de ses envies concernant l’aménagement du jardin. Notre projet de mandala fait particulièrement rêver. Quelle forme allons-nous lui donner, quelles plantes allons nous y implanter ?

Si vous voulez en savoir plus, ne ratez pas le prochain article.

  • plates de chateaurenard
    Plates de Chateaurenard et assiette diverses variétés
Categories: Actualités, Evènements Tags: Étiquettes :

Premiers pas au jardin de semences

2 Comments
future génération de graines de oaï

Il est où le jardin ? Il est où ?

Si vous avez circulé sur l’avenue qui relie le village de Gignac-la-Nerthe à celui de Laure, vous avez sans doute remarqué que la friche située le long de l’impasse des templiers a laissé la place à un espace aménagé pour y accueillir des potagers partagés et le jardin de semences.

vue nord jardin de semences
Vue nord

Les coffres de bois destinés au rangement des outils des futurs heureux jardiniers sont repérables de loin. Des plantations d’arbres et d’arbustes ont été réalisées. La clôture en ganivelles délimite cet espace d’une beauté apaisante bien qu’encore un peu épurée.

jardins potagers
jardins potagers

C’est sur ce site que se trouve la parcelle du jardin de semences de Graines de Oaï que la mairie de Gignac-la-Nerthe a mis à notre disposition pour cultiver de la graine à la graine.

Chauds bouillants les graines de Oaï !

Quelques semaines auparavant, puis les derniers jours avant notre entrée dans les lieux, les membres de GDO ont remué leurs méninges pour esquisser un schéma de conception du futur jardin.

Les idées exprimées ont été nombreuses mais l’équipe composée de Jean-François, Léopold, Laetitia, Stéphane, Sébastien, Alain, Anna-Reine et moi-même, a été lucide et pragmatique.

Certes, nous rêvons tous d’un design inspiré de la Ferme du Bec Hellouin mais, pour cette 1ère année, compte tenu d’une entrée tardive sur les lieux, il nous a paru préférable de travailler par zone.

Nous avons ainsi identifié trois zones, au sud de la parcelle, sur lesquelles nous avons décidé de concentrer nos efforts.

Nous avons été aidé par Julie, notre amie et maraîchère prochainement installée à 2 pas du jardin de semences, qui nous a dessiné un plan sur la base de nos attentes et de nos contraintes.

Toujours les mains dans la terre, pour notre grand bonheur

Nous avons donc reporté ce dessin sur le terrain, en prenant quelquefois de petites libertés pour s’adapter à la réalité des lieux.

L’un des principes majeurs de la permaculture est d’apprendre à observer son terrain avant de commencer toute activité. Nous n’avons pas eu ce temps pour observer et nous savons donc que nous allons apprendre de cette 1ère expérience qui sera riche de succès mais aussi probablement d’erreurs.

Steph et Alain discutent
petite pause

Et le 30 mai, c’est ainsi qu’Anna-Reine, Sabine et Sébastien ont entamé la création d’un carré d’aromatiques, à l’entrée du jardin. Le reste de l’équipe présente ( Jean-François, Stéphane, Alain, Laetitia et son bout de chou, Paulin, Jeanne et enfin moi-même) a débuté la préparation de planches de culture en aérant la terre à la grelinette.

future génération de graines de oaï
dur dur d’être une petite graine de oaï

Dès ce 1er jour, nous avons pu planter plusieurs variétés de tomates, des capucines et des tagètes.

Nous avons dû faire vite car certains de nos plants semés le 9 mars puis le 13 avril, commencent à pousser très haut et à s’affaiblir.

jeunes pieds de tomates
jeunes pieds de tomates

En 2 jours, nous avons réussi à réaliser une dizaine de planches de culture, préalable indispensable car nous devons planter nos tomates de variétés différentes à plusieurs mètres de distance pour ne pas risquer de croisement. C’est la même chose pour les poivrons et les aubergines. Il faut donc prévoir des cultures intercalaires qui font faire une barrière naturelle et éviter ce risque. Nous avons donc fait des rangées de haricots, de tournesol et d’arroche rouge qui sont des plantes de belle taille.

Grâce à la belle énergie de tous, nous avons pu en 8 jours, planter tous nos plants soit plus de 300. Nous avons aussi semé des engrais verts car il est trop tard pour certaines cultures et trop tôt pour les autres. Ainsi, le sainfoin et le sarrasin vont préparer la terre pour des semis à l’automne.

Lionel, Stéph et Sabine
ça bosse

10 jours après, Lionel, Marie-Claire, Jean-Pierre ont pu se joindre à nous pour commencer à planter sur une 3ème zone. Nous avons fini de planter nos derniers poivrons et aubergines, du potiron.

Sous le soleil, la question de l’eau

Les journées de jardin sous le soleil et , en plein vent quelquefois, nous ont donné beaucoup de joies et des coups de soleil bien-sûr. Nous nous sommes ménagé des moments de détente aussi à l’ombre du vieux figuier et nous avons apprécié de pique-niquer sous les cerisiers et les pruniers mirobolans du verger que la mairie vient de débroussailler.

Je n’ai pas encore évoqué le problème de l’arrosage. Nous avons opté pour un paillage épais (10cm) afin de réduire la fréquence de l’arrosage que nous avons établie à 3 jours. Pour le moment, cela a l’air de bien fonctionner ; nous n’avons pas constaté de plantes en souffrance et les quelques plants qui avaient moyennement aimé le repiquage se sont adaptés. Nous avons craint pour nos 5 pieds de consoude mais après avoir eu un coup de chaud, nous avons vu apparaître de jolies petites feuilles.

Nous nous relayons pour arroser et nous faisons en sorte d’être entre 3 et 5 personnes à chaque fois car ce serait trop long avec moins de participants. Et nous n’occupons pour l’instant qu’un quart du terrain du jardin de semences !

De ce fait, nous allons très vite réfléchir à un système d’irrigation autre que les bons vieux tuyaux qui nous servent actuellement.

Categories: Actualités, Evènements Tags: Étiquettes :